No Blog

16 décembre 2007

Posté par nenuphar14 à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 octobre 2007

K - La cendre

Certains meurent avant même

D’avoir passé la porte

Du couloir qui comporte

Cette pression étrange
Certains meurent avant même

De savoir juste un peu

La saveur de ce jeu de n’être plus un ange
Certains meurent dans des ventres

Certains meurent juste après

Encore mouillés de ça

Quand on les pose là

Au froid de la ruelle
Certains meurent juste après

Sur le corps essoufflé

Dans les bras déchirés

De leur maman si belle
certains meurent dès qu’ils entrent

Certains meurent tout gamins

D’être des riens du tout

Des gens nés sans le sou

Sur qui on tire à vue
Certains meurent tout gamins

Fauchés par le brouillard

D’un chauffard d’un soûlard

Qui passait dans la rue
Certains meurent encore tendres

Certains meurent en plein feu

De leur jeunesse ouverte

Un képi sur la tête

Pour un vieux président
Certains meurent en plein feu

De leur adolescence

Pris d’un coup de démence

Ils se pendent au plafond
Certains crèvent d’apprendre

Certains meurent pour que dalle

D’une piqûre de bête

D’une pierre sur la tête

Le hasard les reprend
Certains meurent pour que dalle

D’être allé s’éclater

Aux vitres des cités

En gueulant « dieu est grand !»
Certains meurent sans comprendre

Certains meurent et reviennent

Tout éblouis de là

D’avoir goûté la joie

Mais de l’autre côté
Certains meurent et reviennent

En riant aux éclats

À cette peur qu’on a

De voir tout s’effacer
Certains meurent sans qu’ils tremblent

Certains meurent de tristesse

Tout imbibés d’alcool

Suivant le protocole

Qu’on leur a inventé
Certains meurent de tristesse

Sans se donner le temps

D’arrêter un instant

Leur vie conditionnée
Certains se croient de cendres

Et les larmes me viennent

Quand je te perds encore

Moi qui serrait ton corps

Que je croyais tenir
Oh les larmes me viennent

Mais je laisse le marbre

Et je cours dans les arbres

Et je te crois venir
Souriante, descendre

Vu qu’on meurt tous les jours

Qu’on meurt à chaque instant

Quand on crache le vent

Qu’on a dans nos poitrines
Vu qu’on meurt tous les jours

Qu’on meurt et qu’on revit

Autant laisser la vie être

Autant qu’on s’incline
Je veux t’aimer la cendre

Certains meurent et reviennent

Tout éblouis de là

D’avoir goûté la joie

Mais de l’autre côté
certains meurent et reviennent

En riant aux éclats

À cette peur qu’on a

De voir tout s’effacer
Certains meurent sans qu’ils tremblent

Et je t’aime la cendre

Posté par nenuphar14 à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2007

P. Lafontaine - Alexis m'attend

J'irai à l'Orient
Embrasser les tsarines
Et les bateliers
Même si l'hiver est grand
Dans l'icône à Lénine
Au coeur désarmé
Au pays rempli d'hommes
Au pays d'outre-idée
J'irai
Là où sont les amants
Quand l'amour se résigne
Triste et mal caché
D'ici je les entends
Les mémoires qu'on mutile
Tous dômes dorés
Pour tout vivre en silence
Pour tout vivant
J'irai crier
R :  Alexis m'attend
       Alexis m'attend
       Et sous sa veste de l'amour il a mis
De la Chine aux Balkans
Sans qu'on me l'interdise
J'irai le trouver
Même s'il faut saluer
Les héros qu'on déguise
Au fard des mausolées
Aux âmes qu'on emprisonne
Pour qu'on lui donne la clef
J'irai
Même s'il faut traverser
Les tableaux de Soutine
Même défiguré
Dans le cirque des grands
Ce sont les enfants qu'on grimme
Aux larmes des pensées
Pour tout vivre en silence
Pour tout vivant
J'irai crier

Posté par nenuphar14 à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2007

P. Lafontaine - L'amant-Tequila

Si tu vends de la bière
Moi j''vends des chansons
Elles seront super
Si ton whisky est bon
(Il) y a vraiment que les barmaids qui m''aident
Pour chasser mes soucis c''est le seul remède
Si tu t''bourres de mes airs
Moi j''me bourre au bourbon

Si je manque de punch
Donne m''en
Ou j''irai en boire aux "Anges Noirs" chez maman
Si ta plage a des airs de désert
C''est qu'' ta vie se complique plus que de nécessaire
Oublie tout et fout-en

Surtout si tu t''appelles TequilaTequila
Que tu pagaies, pas gaie, Panne de Coke
Et qu''tous tes baisers goûtent le cola
N''oublie pas que la musique est belle
Si belle si belle
Qu''on peut même se coucher sur elle
Qu''on peut même se coucher sur elle
R. : Et si tout mène à Rhum et tango
Viens dans mon piano-He
Si t''aimes le genre homme à sanglots
De douceur laisse-moi t''imbiber
Fiasoda
De douceur laisse-moi t''imbiber
Si tu vends de la bière
Moi j''vends des chansons
Si tu cherches l''âme-soeur
Noue la gaffe à l''hameçon
Si tu sens le lac au fond de toi qui s''assèche
Et les joncs de l''étang d''à côté qui t''empêche
De chanter d''aimer l''opéra en fa
Facile à dire lascif à faire
Docile à rire si belle affaire
Rends-moi l''ivresse polygame
Si je manque de feeling
File m''en
La guitare agitée sur des danses à gitan
Si ton bar à tendance à la danse
Habille-toi si t''oublies l''indécence
Domestique le mescal et saoule-t-en
Surtout si tu t''appelles Tequila
Tequila.
R. : Et si tout mène à Rhum et tango...
De douceur laisse-moi t''imbiber
La guerre finie, je reviendrai
Non jamais je ne t''oublierai

Posté par nenuphar14 à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2007

P. Lafontaine - Fa ma no ni ma

Do do ré la                      
Marre de ces femmes affalées
Lassées d'ébats                
J'ai plus d'amour à dealer
Si t'es pas là                     
Tout m'écoeure à déchanter
Do do ré la                      
J'me perds dans des palais si beaux

Do do ré la                     
Au gué des galbes alanguis
Vamps et divas               
Laissées au flux des whiskies
Blasé déjà                      
J'ai ni le goût ni l'envie
D'aimer sans toi             
Même aux confins des pays chauds

Si chauds                        
Si froids, sans toi
Oui, la nuit                   
J'ai envie
De toi cent fois               
Puis j'm'enfuis

Dans les bars à minuit               
Dans les claques à minois
J'bouge à Casablanca saoul       
Et j'fais comme si t'étais là
Je m'fais Shah Palavih               
Quand j'échoue pas pacha
J'compte les mille et une nuits   
De mes javas sur mes dix doigts

Do do ré la                     
Au corps brisés des ballets
Frappé d'émoi                
Sous l'effet des narguilés
Je t'aperçois                   
Secrète en jardin sucré
Do do ré la                     
L'amour a des sommets si hauts

Do do ré la                     
Au plaisirs enduits d'ennui
Besoin de toi                  
Du début jusqu'à la lie
L'âme aux abois            
Mon cœur aimanté s'écrie
Do do ré la                     
La la do si do mi si do
Si do                              
Si fa si femme

CHORUS :
Femme anonymat                
Qu'est-ce que tu fous là
Tu piaules dans ma tête       
Ca m'embête   
Mais ne t'en va pas
Femme duplicata                  
Punch et Tequila
M'angoissent en tempête      
Ca s'arrête       
Quand je te vois

      Femme anonymat               
Maquille-moi de toi
Sibiche et piquette               
Las des fêtes   
Y a plus rien qui va
Femme duplicata               
Iris et lilas
Même à midinette               
Je regrette       
Mais j'oublie pas

Posté par nenuphar14 à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 octobre 2007

V. Venet - L'aumône des menteurs

Oui le mal est fait
J’ai la gueule en terre
J’abuse des menthols
Et je maudis l’alcool

Oui le mal est fait
Le plus dur est à faire
Apprendre à se taire
Dominer le secret

Les anges sont faits
Pour rassurer la terre
Où sont-ils au fond
J’ai besoin de lumière

Mm sale émotion

Donne-moi la chair
Donne-moi l’encens
Ton âme entière
Si je te mens
Don de vipère
Donne-moi la peur
Dans la misère
L’aumône des menteurs

J’ai peur de l’affront
De mes décisions
De la mise à nu
Et de me voir déchu

J’en veux à ce monde
J’veux l’incinérer
Et creuser la tombe
De mes actes manqués

Mm sale émotion

Comme le lierre sauvage
Qui ne cesse de grimper
Tes yeux fous de rage
Ne cessent d’écorcer

Posté par nenuphar14 à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2007

Sharko - Skish hee, I'm gonna make it

I'm onto a border sons of Mexico
Get off in the cold of Bojaz
Tend to think it fits but I don't need the thirst
Make our bed all ready for good times

I'm gonna make it this time
I'm gonna make it big time

First thing in the morning and evening
Hello you there!
Tried me even if...
You caught me and helped me

Six o'clock already jumping out of bed
Thinking for a minute of going back to bed
Feeling like a body without a head
Thinking of surviving but I'm already dead

I'm gonna make it big time

First thing in the morning and evening
Hello you yeah!
Trust me to 7 o'clock 7 A.M.
Caught minute hell
Minute hell Minute hell
Minigone so
Give me endless very endless vouzoux

Hello everyone I love everyone

Posté par nenuphar14 à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2007

V. Venet - Saintange

Malheur aux Sambre
À tous ceux qui
Sèmeront tes yeux
Tes yeux de sang
Cris de vengeance
De haine et de souffrance

Comme l’ange déchu
La fleur de pavé
La glaise des rues
Plus ne t’est rien
Plus ne t’est rien, sinon

L’Amour des Sambre
Saintange

Bien trop indigne
À leurs yeux d’Amour
Ou de colère
Tu n’es rien pour ceux
Qui te livrent
À ta propre misère

Mais tu sais qu’il viendra
Saintange

Révolution, révolution
Maudit Sambre, Sang-Dieu
Tu seras le dernier
Achève-moi Valdieu
Je suis ta liberté
Maudit Sambre, Sang-Dieu
Aurait-tu oublié
Que la guerre des yeux
Dure à l’éternité

D’avoir aimé
Faut-il que nous
Mourions ensemble
Condamnée, abandonnée
Tu mettras au monde

Le dernier des Sambre
Saintange

Posté par nenuphar14 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2007

V. Venet - Morphine 95

Deux parallèles de kérosène
Divisent le ciel bleu méthylène
Dans cet « eauciel » je vis la scène
Serait-ce mis en scène
Ces lignes du temps qui passent
Et qui s’effacent
Nos vies qui s’enchaînent

Daddy s’efface…

Morphine étincelle à ce jour
Soulage et veille sur mon vautour
Es-tu fidèle mon mal accourt
J’aimerais voir le jour
Du sommet des Aravis
Éblouissant col des Annes
Du lieu-dit Saint-Anne

Daddy s’efface…

Persévérer
Pas question d’abandonner
Dans ce lit, seul, en vain
Concevoir une autre fin

Dans cet « eauciel » de méthylène
Suis-je infidèle est-ce bien mon tour…

Posté par nenuphar14 à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2007

V. Venet - L'au-delà

On n’est plus
Très sur de soi
Mais bon
C’est notre époque
Qui veut ça
Puis certains jours
Même seul et sourd
On s’aime à voler en émoi

Silence éclair
Un ange se noie
Dans nos artères
On en oublie
La vie autour de soi

On n’est plus
Fait pour ça
On y a perdu l’âme
Tant de fois
Jusqu’au jour
Où l’Amour se bat
Et nous ressort de l’anonymat

Sous l’éphémère
Quand vient l’au-delà
Dans nos artères
On en oublie
La vie autour de soi
La vie autour de soi…

Silence éclair
Un ange se noie
Dans nos artères
On en oublie
La vie autour de soi

Sous l’éphémère
Quand vient l’au-delà
Dans nos artères
On en oublie
La vie autour de soi
La vie autour de soi…

Posté par nenuphar14 à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]